Mouvement

La war-room pour rester en mouvement !

War-room, encore un mot qui dérange !
Encore un terme qui soulève exaspérations et chamailleries sémantiques Et pourtant, la war-room n’est guère autre chose qu’une méthodologie. Son pouvoir de séduction sur les dirigeants s’affirme chaque jour un peu plus. Parce qu’ils n’ont plus le droit à l’erreur, les plus pragmatiques d’entre eux ont décidé d’adopter les meilleures pratiques d’aide à la décision. La war-room y figure en bonne place. Son atout majeur : l’efficacité.
Comme son nom l’indique, la notion de war-room est, à l’origine, militaire. Les chefs militaires ont, de tous temps, eu à leur disposition un espace, parfois limité, où ils pouvaient décider seuls ou avec leur état-major de la conduite de la bataille en fonction des renseignements recueillis et… de leur intuition. Le concept de war-room tel qu’on l’imagine maintenant dans l’entreprise est beaucoup plus récent.
Il s’agit d’un lieu où des collaborateurs, bénéficiant d’un soutien matériel et logiciel, se basent sur une méthodologie commune afin de définir puis de mettre en oeuvre une stratégie.
La traduction, quant à elle, pourrait être : centre de décision et de gestion des crises. Il faut souligner que le terme war-room, tout comme les expressions « renseignement » ou encore « guerre de l’information », par exemple, entraîne bien souvent une réaction de rejet en France. Les chefs d’entreprises étrangers, et plus particulièrement anglo-saxons, n’ont eux, généralement, pas ce genre d’états d’âme. Voila pourquoi le concept de war-room s’est particulièrement développé aux États-Unis.
Les avantages de la war-room :
- Accélère l'implémentation des décisions,
- Tout le monde a l'occasion de participer, et de donner son avis,
- Elaboration d’un langage commun,
- Garantie de bien répondre aux besoins exacts des décideurs,
- Vue synthétique des informations clés,
- Appropriation collective des résultats,
- Incite les collaborateurs à partager l’information,
- Récupération de la quasi totalité de l'information interne déjà existante,
- Reconnaissance des experts internes,
- Melting pot des cultures et des métiers,
- De plus les collaborateurs apprennent à se connaître, cela permettant un changement de culture interne, les informations dérangeantes étant mieux acceptées.

L’utilisation des war -room, qui peut être stratégique ou opérationnelle, semble plus adaptée sur des sujets proches du marketing, de la stratégie d’entreprise ou encore destinée aux centres d’innovation et de stratégie Internet, par exemple :
- L'analyse concurrentielle ou de marché,
- Le lancement de nouveaux produits,
- Les campagnes de promotion,
- Les projets d'acquisition,
- La conquête d'appels d'offre,
- La pénétration commerciale de territoires,
- La gestion des crises et des affrontements concurrentiels,… .

Vous souhaitez nous contacter ? Mouvoo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *